Dark Grimoire : sortilèges et capes de velours

Atli et Leon
Catégorie
Étiquettes

Dark Grimoire : sortilèges et capes de velours

Lorsqu'un jeune garçon ramène son camarade de classe à la vie... mais à quel prix ? Et vous, l'auriez-vous fait ?

______

Bonjour à tous et à toutes, me revoilà pour, cette fois, un manga récent (!) puisqu'il va sortir le 20 avril aux éditions Kana : j'ai nommé "Grimoire no niwa" (グリモワールの庭), qui sera publié sous le titre de "Dark Grimoire" !

Grimoire no niwa, c'est un manga de Haru Sakurana publié entre 2016 et 2017 dans le "Shônen Magazine Edge" (少年マガジンエッジ), un magazine de prépublication mensuel de la Kôdansha, à qui l'on doit notamment "Kino no tabi : the beautiful world", "Nekogahara", "Megalobox - Shukumei no Sôken", etc. La série, terminée aujourd'hui, compte 4 tomes.

HARU Sakurana, Grimoire no niwa, Kôdansha, 2016/ed. Kana, 2018

Attirée par le style de l'auteure avec les dessins qu'elle publiait sur son compte Twitter, j'avais déjà commencé à lire la série l'année passée. Et très honnêtement j'étais assez loin de me douter qu'elle arriverait chez nous, donc c'est avec joie que j'écris cet article pour vous la présenter !

Atli Potter et le grimoire interdit

L'action se déroule dans une école de magie Poudlardesque, située en Angleterre. Atli (je reprends l'orthographe choisie par Kana; par ailleurs, il semble que son nom vienne d'une espèce d'oiseau, アトリ "atori"), un jeune garçon un peu renfermé sur lui-même et peu sûr de lui, se fait embêter sans relâche par son camarade de classe Leon. Ce dernier, très exubérant, est tout son contraire ! Il semble impossible qu'ils puissent un jour s'entendre...

Alors qu'il rentre de cours, Atli découvre un grimoire étrange, sorti de nulle part. Connaissant les risques de la magie interdite, sévèrement punie (mais également la cause de tragédies qui eurent lieu dans l'école il y a des années de cela), Atli veut se débarrasser du grimoire en le mettant à brûler... mais le livre résiste, et ne prend pas une seule égratignure ! Effrayé par ce qu'il pourrait se passer si on le découvrait en possession de l'objet, il décide de profiter d'une sortie scolaire dans la forêt pour le cacher... Les choses ne tournent pas comme prévu : le professeur met les élèves deux par deux, et il se retrouve avec... Leon, son pire ennemi !

HARU Sakurana, Grimoire no niwa, Kôdansha, 2016/ed. Kana, 2018

Mais la sortie tourne au drame, et (sans donner plus de détails) Leon se fait tuer ! Incapable de l'abandonner à son sort malgré tout ce que ce dernier a pu lui faire, Atli utilise le grimoire pour le faire revenir à la vie... Ce dont les deux garçons vont vite se rendre compte, c'est qu'il ne l'a pas seulement ressuscité : il l'a rendu immortel !

C'est le début d'une intense partie de cache-cache de l'angoisse pour les deux élèves, liés à présent par ce terrible secret qui pourrait bien leur coûter la vie... Leon, ne fais rien qui paraisse suspect, par pitié !

Je resterai avec toi, jusqu'en Enfer !

Cet incident aura pour effet de resserrer les liens entre Leon et Atli, découvrant chacun leur tour des choses qu'ils ignoraient sur le passé de l'autre, sur leurs personnalités... ou leurs raisons d'être ce qu'ils sont. Une vraie leçon de tolérance ! Véritable pilier de l'histoire avec le thème récurrent de la mort, l'évolution de cette relation de confiance mutuelle est l'un des meilleurs points de la série, abordé avec des dialogues poignants, et desservis par le trait très beau, très fin de l'auteure.

A noter qu'un bon 95% du cast est composé de beaux jeunes hommes (oui, 95%, je ne dirai rien, vous verrez !) qui réjouiront une partie du public, sans pour autant classer l'oeuvre directement en tant que "shônen-ai". A noter, si des connaisseurs/euses lisent cet article, que Hana Sakurana dessine également du Touken Ranbu.

HARU Sakurana, Grimoire no niwa, Kôdansha, 2016/ed. Kana, 2018

 

Voilà - difficile d'en dire plus, à quelques jours de la sortie ! J'espère que cet article vous aura donné envie de lire cette série que j'affectionne beaucoup. Les fans d'ambiance gothique, un peu "Black Butler" comme le disent Kana eux-mêmes (même si je n'avais pas tout de suite fait le rapprochement lors de ma première lecture, je l'avoue), de magie, de belles capes de velours et de forts contrastes de noir et de blanc, je vous la recommande chaudement !

(NB: Les images proviennent de la lecture en ligne d'Amazon.jp , le premier chapitre étant disponible à la lecture. Je n'ai pas eu la foi d'écraser mes livres sur le scanner...)

A-Key, ex-M2 japonais (littérature+traductologie). Freelance-beaucoup-de-choses. Je dessine mais j'écris et traduis aussi !
https://twitter.com/akemiyano
http://atsutsu.canalblog.com