Matantei Loki (Ragnarok), après l'anime

Loki Ragnarok T1
Catégorie
Étiquettes

Matantei Loki (Ragnarok), après l'anime

"Loki, le détective mythique..." et comment ! Lorsqu'un manga de 1999 ne voit que ses trois premiers tomes publiés en France, mais continue jusqu'en 2015 dans son pays d'origine ; retour sur une série à la vie chaotique, méconnue du lectorat francophone.

________

Ce n'est pas vraiment d'actualité, j'en conviens. Mais à l'image du retrogaming, peut-être peut-on en faire de même avec des lectures manga... le... retroreading ?

Matantei Loki Ragnarok ; peut-être que ce titre interpellera certains d'entre vous. Après tout, l'anime de 24 épisodes sorti en 2003 (produit par les studios DEEN), s'il n'avait pas spécialement marqué les esprits, faisait tout de même partie de ces anime que les gens avaient vu "à leurs débuts sur internet", via le fansub. Il faudra néanmoins attendre 2012 (!) pour que la série soit officiellement éditée en France, en DVD chez Black Box (VOSTF uniquement).

Couverture tome 5
KINOSHITA Sakura, Matantei Loki Ragnarok, Mag Garden, 2004

Alors, si je parle de l'anime, c'est parce que c'est le point de départ : la plupart des gens ne connaissaient, ou connaissent encore d'ailleurs, le titre de Sakura Kinoshita que sous sa forme télévisée. Et pour cause ! Le manga n'a vu que ses trois premiers tomes publiés dans l'hexagone (traduit de l'anglais...!), chez le défunt éditeur Kami, qui avait rapidement arrêté la commercialisation du titre.

Mais quel est le but de cet article ? Eh bien, on va revenir en détail sur le manga, qui a eu un parcours des plus chaotiques y compris au Japon avant de se terminer une bonne fois pour toutes en 2015.

Parce qu'en fait, la série se découpe en trois parties :

-On a d'abord Matantei Loki, paru entre 1999 et 2001 chez Square Enix dans le magazine Gangan Comics (FMA, entre autres).

-Vient ensuite Matantei Loki Ragnarok, entre 2002 et 2004, chez Mag Garden. Un éditeur qui prit grand soin de la série, par ailleurs, et qui republia également les 7 premiers tomes pour coïncider avec le design des volumes de la seconde "saison". C'est la fin apparente de la série (avec une fin assez convaincante, par ailleurs), et personne ne croyait à une suite...

-Jusqu'à Matantei Loki Ragnarok : Shinsekai no kamigami qui fit son apparition de nulle part en 2011, pour se terminer en 2015. Toujours chez Mag Garden, mais dans un autre magazine, et une autre collection. Un total donc de 18 tomes ! Il s'en est passé des choses depuis le tome 3 publié en français.

Quant aux deux premières séries, elles sont également en arrêt de commercialisation au Japon, ce qui fait que la toute dernière est la seule disponible en neuf sur le marché. Ah, ça facilite pas les choses... A noter que toutes les éditions américaines et européennes sont basées sur la réédition de Mag Garden.

Couvertures
En haut à gauche : la 1ère édition japonaise chez SE. A côté, la première édition FR chez Kami, basée sur la réédition de Mag Garden (avec couverture redessinée par l'auteure) ; en bas à gauche, le tome 1 japonais de Matantei Loki Ragnarok chez Mag Garden et enfin le tome 1 de Shinsekai no Kamigami, toujours chez Mag Garden.

 

Mais revenons un peu sur le manga lui-même...

 

Matantei Loki (Square Enix, 1999-2001)

 

Passage du tome 3
KINOSHITA Sakura, Matantei Loki/Loki, le détective mythique, tome 3, ed. Kami, 2008 (original Square Enix, 1999)

Reprenons depuis le début.

Mayura Daidôji est une lycéenne passionnée de "mystères mystérieux" et autres phénomènes surnaturels. Dans son école, une affaire éclate : on retrouve le corps de jeunes filles disparues... décapitées ! En rentrant des cours, Mayura remarque pour la première fois la présence d'un manoir doté d'une enseigne "Enjaku Detective Agency" (traduit "l'agence des oiseaux", en français). Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle se rend compte que le détective en question n'est qu'un enfant d'une dizaine d'années ! Et le beau jeune homme à lunettes qu'elle avait pris pour le détective, son majordome.

Ce que Mayura ignore, c'est que ce garçon n'est autre que le dieu nordique Loki, chassé du monde des dieux par Odin. Pour revenir, il doit amasser assez de "matière noire", qu'il obtient en exorcisant les criminels. Quant au jeune homme... ce n'est autre que son fils, le serpent géant Jörmungand ! Après la résolution de cette première enquête, et sans connaître la véritable identité de ses deux nouveaux "amis", Mayura décide de continuer d'enquêter avec eux. Les dieux ne sont pas au bout de leurs peines...

Ceux qui ont vu l'anime remarqueront que ce synopsis paraît bien différent du premier épisode : en effet, DEEN avait remplacé l'affaire des jeunes filles décapitées, jugée trop morbide, par une histoire de poupée possédée. L'autre raison, c'est que l'anime se base non pas sur l'esprit de la première série, mais de la seconde, beaucoup plus "fantastique" et moins "policière". Matantei Loki se concentre davantage sur de véritables enquêtes, mêlant meurtres en chambre close et mythologie nordique. Car d'autres dieux feront leur apparition, tels que Thor (sous la forme d'un lycéen qui fait des petits boulots, en galère constante), Freyja (la déesse de la fécondité), Freyr (qui cherche désespérément sa soeur Freyja sans la trouver), Heimdall (antagoniste principal, enfin, pendant une partie de la série), et bien d'autres. Et ils ne lui veulent pas du bien !

On notera également que Freyr, le grand dadais acolyte d'Heimdall et fou amoureux de Mayura, ne fera son apparition que dans le tome 6, contrairement à l'anime qui l'introduira dans la série dès l'épisode 5.

 

Matantei Loki Ragnarok (Mag Garden, 2002-2004)

Double-page de Matantei Loki Ragnarok
KINOSHITA Sakura, Matantei Loki Ragnarok/The Mythical Detective Loki Ragnarok, ed. ADVmanga (USA), 2004 (original : Mag Garden, 2002)

La partie qui donnera naissance à l'anime éponyme, bien que ce dernier mélange l'état d'esprit de cette seconde "saison" avec le scénario de la première. On reconnaît beaucoup mieux la patte graphique de l'auteure (style réutilisé dans l'anime), qui a bien évolué depuis ses débuts ! Mais l'histoire de cette partie du manga, elle, commence là où l'anime s'arrête... tu parles d'un mic-mac. On va mettre l'anime de côté pour l'instant, du coup.

Dans cette partie, Loki s'interroge sur les raisons qui ont mené Odin à l'expulser de leur monde. Cela aurait-il un rapport avec l'arrivée imminente du Ragnarok, la grande bataille des dieux ? On en apprend beaucoup plus sur Odin, qui ne faisait absolument aucune apparition dans l'anime, et sur ses véritables intentions ainsi que sa relation avec Loki. Ce dernier refuse à toute fin de croire que cette décision de l'expulser d'Asgard vienne uniquement d'Odin. Il y a anguille sous roche...

De nouveaux personnages font leur apparition, et le ton est beaucoup plus au rêve et au fantastique (avec une part un peu plus importante de tranche de vie, parsemée de cet humour parfois proche de l'absurde dont Sakura Kinoshita a le secret). On a même droit à une histoire entièrement basée sur Alice au Pays des Merveilles, une trope incontournable dans les séries du genre, et ce sans pour autant ralentir l'intrigue. Le côté policier disparaît presque entièrement, laissant le champ libre aux protagonistes pour exprimer leurs sentiments (ou faire des bêtises, au choix). La fin de cette "saison" restera la fin officielle de la série pendant des années, avant l'apparition de...

 

Matantei Loki Ragnarok :  Shinsekai no kamigami (Mag Garden, 2011-2015)

KINOSHITA Sakura, Matantei Loki Ragnarok : Shinsekai no kamigami, Mag Garden, 2011

Une suite providentielle, donc, qui débarque à l'improviste en 2011. Très, très compliqué d'en parler sans spoiler vu tous les évènements qui se sont produits dans les précédents volumes, donc je me contenterai de survoler les détails : Sakura Kinoshita prend un style graphique plus proche du josei, avec de superbes compositions jouant sur le noir et le blanc. L'histoire, elle-même plus sombre que la précédente série (même si cette dernière n'était pas si légère que ça) revient sur des enquêtes et se centre beaucoup sur de jeunes filles - des Walkyries, mais incarnées en adolescentes qui n'ont pas conscience de ce qu'elles sont - en proie à des problèmes très "actuels". Pression de société, suicide... le monde des dieux lui-même est en morceaux, et ce chaos se ressent jusque dans la narration et les sentiments des personnages.

Bien que cela n'empêche pas l'auteure d'user de son humour et de ses personnages super-déformés adorables, le ton est... eh bien, différent. Malgré quelques défauts, ces 5 tomes supplémentaires aboutissent à une excellente fin, qui sera, cette fois, bel et bien la dernière (précisé par Kinoshita elle-même en dernière page).

Dans quelle catégorie le placer, alors ?

C'est bien le "problème" de cette série : selon la partie, on passe du policier au purement fantastique, d'un ton semi-réaliste à un ton plus manga-début-2000s, pour finir sur un trait tirant plus vers le josei avec des thèmes de nouveau plus "matures"... l'auteure jouit d'une grande liberté graphique et scénaristique, et ce qu'on en retient, c'est que c'est un véritable plaisir à lire ! C'est pour moi l'exemple même de l'auteure qui parvient à passer d'une atmosphère à l'autre tout en restant sur la même série.

____

Voilà voilà - Matantei Loki est, en fin de compte, une série très méconnue dans nos contrées qui a duré bien plus longtemps que beaucoup d'amateurs de la version animée ne le pensaient. Par ailleurs, si DEEN a pris de grandes libertés par rapport à la série originale, l'anime est, en soi, pas mauvais du tout, donc je vous le recommande tout de même si vous voulez rencontrer ces personnages à la fois profonds et farfelus (même si énormément de détails dans leur développement passe à la trappe, mais il faut dire que leur évolution reste très subtile au cours des 18 tomes du manga, donc difficile de rendre ça en 24 épisodes).

Même si cela semble compromis, j'ose toujours espérer qu'un éditeur reprendra la série depuis le départ ! Et, cette fois, traduite du japonais...

A-Key, ex-M2 japonais (littérature+traductologie). Freelance-beaucoup-de-choses. Je dessine mais j'écris et traduis aussi !
https://twitter.com/akemiyano
http://atsutsu.canalblog.com